À explorer

Une filière aux multiples facettes

La filière cannière est historique. Ayant joué pendant deux siècles le rôle d’acteur central de l’économie du pays, elle est aujourd’hui synonyme d’innovation. Au cœur d’un modèle d’économie circulaire produisant sucre, rhum, bio fertilisants, énergie verte et alimentation animale, elle joue un rôle clé à la fois pour l’environnement, l’agriculture et l’industrie.

Les atouts durables de la canne pour la planète

  • Elle est la première source d’énergie renouvelable de l’île (en tant que combustible pour produire de l’énergie verte).
  • Elle protège les sols en luttant contre l’érosion et en favorisant leur stabilisation grâce à ses racines. De plus, replantée tous les 7 ans environ, elle perturbe peu la terre et stimule la microflore.
  • La canne est une championne de la séquestration de CO2 et constitue un puits à carbone, grâce à sa plus grande aptitude à absorber le CO2 et à restituer l’oxygène.
  • Elle abaisse la température de près de 1°c grâce à son aptitude accrue à retenir et évaporer l’eau, et à réfléchir la lumière du soleil.
  • Son bilan carbone est négatif : – 0,17 kg d’équivalent CO2 pour 1 kg de sucre produit, en prenant en compte l’ensemble de la filière.
Private events - L'Aventure du Sucre

Les produits issus de la canne à sucre

La canne à sucre, cette plante aux multiples pouvoirs, permet aujourd’hui à l’île Maurice de produire des sucres complets gastronomiques et des rhums 5 étoiles exportés dans le monde entier… mais pas seulement. Elle génère plusieurs coproduits valorisés à travers différents usages. Ainsi, avec la culture de la canne : rien ne se perd, tout se transforme !
Sugar - Co-products - L'Aventure du Sucre

Les sucres de canne

Naturellement ambrés, les sucres complets mauriciens sont fabriqués à partir de jus de canne. Non raffinés et ne contenant aucun additif, ils conservent les bienfaits originels de la plante (minéraux, vitamines et antioxydants) et développent une extraordinaire palette de saveurs avec des arômes miellés, vanillés ou réglissés. Ce qui les hisse parmi les plus célèbres produits du terroir local !

Produits sucre - paille

La paille

La paille est valorisée de deux manières. Elle forme une couverture épaisse et permanente sur le champ qui apporte de la matière organique et enrichit le sol, mais fait aussi obstacle aux mauvaises herbes, réduisant les besoins en herbicides. It also creates an obstacle for weeds, which reduces the need for herbicides. Elle complète également la bagasse en tant que biomasse utilisée pour produire de l'électricité verte.

La Mélasse - Co-products - L'Aventure du Sucre

La mélasse

Utilisée à trois fins différentes, la mélasse est le résidu sirupeux qui se forme après l’étape de cristallisation du sucre. On l’utilise d’une part dans le processus de fabrication de rhums traditionnels de sucrerie, d’autre part comme apport protéique dans l’alimentation des ruminants. Cette mélasse est aussi transformée en bioéthanol pour de nombreux usages (parfums, vinaigres et produits pharmaceutiques, solvants...).

Sugarcane scum and ashes - Co-products - L'Aventure du Sucre

Les écumes, la vinasse et les cendres

Les écumes sont les résidus de matières organiques contenues dans le jus sucré de la canne, issues de l’épuration du jus après extraction. La vinasse est un résidu de distillation de la mélasse. Les cendres de bagasse, quant à elles, résultent de la combustion des fibres de la canne. Ces trois produits servent à fertiliser les sols de façon naturelle et améliorer leur teneur en matière organique, ainsi qu’à en corriger l’acidité.

Bagasse - Co-products - L'Aventure du Sucre

La bagasse

Après avoir broyé la canne à sucre pour extraire son jus, il reste la partie fibreuse appelée la bagasse. Cette biomasse est brûlée dans les centrales thermiques des sucreries pour produire de la vapeur et de l’électricité. Le surplus d’électricité non utilisé par la sucrerie alimente le pays à hauteur de 20 % de ses besoins, permettant de substituer une partie des énergies fossiles par une énergie renouvelable et locale.

Le saviez-vous ?

  • L’île Maurice est le premier exportateur mondial de ces sucres gourmets, avec environ 155 000 tonnes par an. Notre Village Boutik vous invite à découvrir toutes leurs nuances à travers la dégustation commentée d’une dizaine de ces sucres aux saveurs et textures inégalées. C’est le seul site de l’île à proposer une telle variété.
  • Plusieurs rhums de l’île Maurice sont récompensés chaque année par des médailles internationales. Notre Village Boutik vous invite à découvrir les profils aromatiques d’une quinzaine de rhums 5 étoiles de la maison New Grove, la plus ancienne distillerie de l’île. Une dégustation commentée pour mieux comprendre l’univers du rhum.
Co-products - L'Aventure du Sucre

L’histoire du sucre à l’île Maurice

La canne à sucre a connu un destin hors du commun qui a marqué de son empreinte la plupart des aspects de la vie de l’île Maurice, forgeant son peuplement et ses mentalités, modelant sa société et ses paysages, et inspirant fortement sa culture.

C’est suite à l’arrivée des premiers colons, des Hollandais, qu’est introduit en 1639 le premier plant de canne. Mais cette culture, bien que prometteuse, est laissée à l’abandon avec la désertion de l’île par ce peuple, jugeant les conditions de vie trop difficiles pour y établir une colonie viable.
Quand les Français font la conquête de l’île en 1715, d’autres cultures sont d’abord privilégiées : l’indigo, le café, le bois d’ébène… Il faut attendre les années 1740 pour que la canne à sucre prenne enfin son essor, sous l’impulsion du gouverneur Mahé de Labourdonnais. Après l’abolition de l’esclavage en 1835, les planteurs de l’île Maurice – passée sous pavillon britannique depuis 1810 – sont contraints de trouver une nouvelle main d’œuvre pour faire vivre leur culture. C’est ainsi que l’administration britannique du territoire fait venir des travailleurs engagés d’Inde par centaines – cette période marque l’une des vagues migratoires les plus fortes qu’ait connu l’île Maurice.

Le secteur sucrier se métamorphose progressivement en filière cannière. De près de 250 sucreries au 19e siècle, on passe à trois sucreries ultra-modernes au 21e siècle. L’industrie ne consiste plus seulement à cultiver la canne pour produire des sucres. Elle intègre maintenant d’autres secteurs, en particulier la production d’électricité verte pour l’île. L’économie mauricienne s’est aujourd’hui diversifiée, mais le sucre reste l’un des principaux produits d’exportation, comme en témoignent les vastes champs de canne à sucre qui couvrent l’île.

Rendez-vous dans le musée de L’Aventure du Sucre pour découvrir en détail l’histoire fascinante de la canne à sucre et de l’île Maurice !